AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

|

Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mar 18 Juin - 15:11


Junny & Gabriel

Il y avait un tel calme dans le parc et alentour que Gabriel avait l'impression d'avoir quitté la ville pour un lieu de campagne, à l'écart. Ce qui, à proprement dit, ne lui aurait pas déplut. Il n'aimait pas tellement l'agitation moderne mais devait bien lui reconnaitre l'avantage de lui apporter richesse et célébrité. Ce qui de prime abord n'était pas gagné pour lui. Sauf qu'avoir tout cela ne lui suffisait pas, il voulait plus, il voulait Junny. Certes, il aurait pu tomber amoureux d'une autre, ça n'aurait pas été difficile, car Gabriel avait une forte propension à aimer. Mais c'était elle qu'il voulait. Peut-être bien parce qu'il avait le goût des amours compliqués... Peut-être bien parce qu'il sentait que chez la jeune fille, l'amour n'était pas quelque chose d'évident ... peut-être parce qu'il savait qu'elle était la seule en parfaite adéquation avec ses origines, avec lui.

Il rêvait de ne l'avoir que pour lui. De l'avoir corps et âmes pour lui et ce 24H/24. Malheureusement ... Il aurait été possible de l'avoir au niveau du corps. Junny semblait réceptive, et même plus que cela, mais en ce qui concerne l'âme ... Ça aurait été plus difficile. Et Gabriel savait parfaitement que s'il avait le corps en tout premier, c'était risquer de ne plus rien avoir du tout. Un corps ça se donne et puis ça se reprend. Par contre, l'attachement, l'amour qu'on développe ... ça ne part pas si facilement.

Il avait donc imposé son point de vue à Junny, même s'il ne s'agissait pas pour lui de se montrer exigeant : c'était le plus beau cadeau qu'un homme puisse faire à une femme, la vouloir elle, non pas pour profiter d'elle, mais pour tout lui donner. Du moins, aux yeux de Gabriel.

Il avait eu peur d'essuyer un refus, mais Junny, de mauvaise grâce, il faut bien l'avouer, avait finit par l'accepter tout doucement dans sa vie. D'accepter qu'il apprenne à la connaitre.

Cela faisait déjà quelques mois qu'ils se voyaient régulièrement, Gabriel découvrant la vie si bien organisée de la jeune fille, bien qu'un tantinet solitaire.

Lui en profitait pour lui parler de tableaux, d'art, et la faire sortir également. Cette fois d'ailleurs, il avait donné rendez-vous à Junny au " Hope and Destiny ". Une sorte de grande librairie qui louait néanmoins parfois ses salles d'entrepôt pour que les artistes puissent exposer. Une connaissance à Gabriel, exposait actuellement et le jeune homme avait réservé la salle pour lui tout seul. Il voulait en faire la surprise à Junny. Bien entendu, il avait une idée derrière la tête, en plus de ce qu'il voulait lui faire découvrir, il espérait aborder avec elle un sujet délicat. Junny ne s'attendrait sûrement pas à ça, ce n'était d'ailleurs pas un sujet auquel Gabriel avait envie de s'attaquer en premier, mais il était tellement... amoureux d'elle désormais, qu'il se sentait obligé de le faire. Juste parce qu'il aurait voulu qu'on en fasse autant pour lui.

Se redressant, jusqu'alors assit dans l'herbe, Gabriel décida de reprendre sa voiture. Cet instant de quiétude le ressourçait. Il en avait eu besoin car à chaque fois qu'il prenait une décision concernant Junny, il avait peur de la perdre ...
Ces dernières semaines avaient été simples pourtant. Gabriel avait évité de trop s'approcher physiquement de Junny, de peur de perdre le contrôle. La plupart des jeunes couples auraient déjà consommé leur union depuis longtemps. Lui voulait s'en tenir à sa conception pure et parfaite du mariage. Et puis, il appréciait la tension sexuelle que cela faisait naitre entre eux. Honteusement, il pensait que tant que Junny serait attiré de cette façon par lui, elle résisterait à l'envie de fuir à toutes jambes.

Il grimpa dans son véhicule et se rendit aussi vite que possible en bas de l'immeuble à Junny. Il proposait toujours de venir la chercher, pour être galant d'après lui, mais en réalité, c'était surtout parce que l'idée qu'une aussi jolie fille aveugle se balade seule en ville le rendait malade. Junny avait l'habitude de faire tout toute seule, un peu trop d'ailleurs. Il savait qu'elle avait prit des risques sans lui, et qu'il n'avait pas le droit, désormais qu'il débarquait dans sa vie de tout régenter, alors il déguisait son côté protecteur derrière tout un tas d’excuses. Pour ce jour là, il avait raison cependant, Junny n'aurait pas forcément pu trouver l'adresse toute seule, ou ça aurait été compliqué, et peu sympathique de sa part de lui infliger cela.

Une fois garé en bas de l'immeuble, il fit sonner deux fois le téléphone de la jeune fille pour lui signifier sa présence. Puis il attendit. Le regard fixé sur les voitures qui passaient.

Lorsqu'il lui avait proposée cette soirée, il l'avait prévenue de bien s'habiller, et de venir seule ... Autrement dit : sans son chien. Gabriel entretenait une relation ambiguë avec l'animal qui se voyait voler la vedette au fil du temps. Bien entendu, Junny était difficilement séparable de son compagnon à quatre patte. Mais elle avait la grâce de ne pas le prendre quand Gabriel lui signifiait explicitement que ça ne serait pas nécessaire. Ce dernier la soupçonnait d’accéder à sa requête uniquement parce que parfois le chien ne supportait pas que sa maitresse se rapproche trop du jeune homme. Junny n'avait pas la même conception du mariage que Gabriel, et elle mettait à mal ses résolutions assez souvent. Bien qu'au final, il ne s'était encore jamais vraiment rien passé. Au fond, Gabriel et Mm's partageaient au moins le même avis sur la question... Pour un temps du moins.

Il sourit en imaginant sa vie si Junny était sa femme... Mais, c'était un joli rêve auquel il devait travailler tout doucement. Le simple fait d'être dans la vie de la jeune fille, pouvoir l'embrasser quand l'envie lui prenait (très souvent d'ailleurs, trop peut-être) était déjà merveilleux.

Petite note ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Jeu 4 Juil - 20:37

Le bruit des vagues avait le pouvoir, sur Junny, de la faire rêver. Comme si elle partait avec les vagues, se lançant dans la navigation pour aller se perdre. Se perdre sans tomber, s’il y a tempête, elle s’en sortira. Parce que ses rêveries finissent toujours bien. Des rêveries qu’elle n’assume pas en publique, parce que pour elle rêver c’est aussi se faire mal. C’est une forme d’auto flagellation. Pensant que ces rêves qu’elle se compte ne lui font qu’accentuer sa solitude et la sensation de vide qui la mordille. Le retour à la réalité fait mal, parce que la réalité n’a encore jamais atteint le rêve. A part, peut être, sa rencontre avec Gabriel. Une rencontre qu’elle avait déjà imaginé, de plusieurs façon, plus ou moins cocasses voir quasi impossible. Bien qu’ils continuaient de se voir, la jeune femme restait sur sa faim. Encore marqué par son rejet lorsqu’elle c’était laissée aller à ses envies. Réclamant plus que leur deux corps jouant avec l’autre il l’avait arêter. Elle était repartie frustrée et à la fois flattée. Flattée qu’il veuille plus. Mais ce plus est effrayant. Ça ressemble à une passion, malheureusement les passions sont souvent destructrices et éphémères. Et la solitude revient, encore plus cruelle et joueuse, la culpabilité peut pointer le bout de son nez… Pour ces raisons, qu’il veuille plus l’effraie. Preuve, une fois de plus, que tout est toujours compliqué avec la jeune femme.

Malgré ses peurs, elle lui avait redonné une place dans sa vie. Bien qu’au fond il en est toujours eu une. Doucement, mais surement il s’infiltrait un peu plus dans sa vie. Il la rendait plus agréable, moins monotone. Il y a déjà des effets positifs, par exemple elle remarque désormais plus le soleil et ronchonne moins lorsqu’il pleut. Peut être qu’avec le temps, le verre qu’elle voit à moitié vide deviendra à moitié plein. C’est d’ailleurs un verre à la main qu’elle pensait à ça, à l’effet que lui faisait Gabriel. Un verre de vin blanc à la main, le seul alcool qu’elle consomme avec un certain plaisir. Ça dépend du vin blanc, tous ne passe pas. L’alcool lui brule toujours légèrement la gorge mais les goûts fruités que propose se breuvage l’attire. Juste un verre, pour être plus tranquille. Hors de question de trop boire, se serait idiot d’être pompette avant que la soirée n’arrive et ça mènerait à une voir des catastrophes. D’ailleurs c’est une belle soirée qui se profilait, une soirée pleine de questions aussi.

Gabriel lui avait donné rendez-vous, sans vraiment lui donner la possibilité de refuser. Il avait été direct, rapide, efficace comme pour ne pas lui donner le temps de répondre. Et ça avait marché. Un fonctionnement qui ne lui déplaisait pas tant que ça, il avait se côté protecteur qui était en complète opposition avec sa vie solitaire voir monacale par moments.   Des questions se baladaient dans son esprit notamment quel était le but de cette soirée ? Qu’allait-il s’y passer ? Qu’attendait-il de ce moment ? Où allaient-ils ? Elle n’avait pas vraiment eu de détails, c’était donc une soirée surprise, dans un certain sens. Le « truc », entre autre, avec ce genre de soirée c’est que ça déclenche tout un tas de questions. Pour lui, c’était peut-être un plus, puisqu’elle pensait encore un peu plus à lui.

Les questions se baladaient dans son esprit tandis que la télévision continuait de faire du bruit. C’est là que les deux sonneries la firent sursauter. Il était arrivé. Maladroitement elle éteignit le poste de télé, posa son verre sur la table basse et se dirigea vers l’entrée. Il avait dit de bien s’habiller alors elle avait choisi une jolie robe, une robe noire décolletée rehaussée par une ceinture (d’inspiration de celles des geishas) orange flashy. Un mélange plutôt surprenant mais qui fonctionne. Après avoir prit sa veste elle dit au revoir à son compagnon fidèle à quatre pattes. Puisque Mr White avait précisé que sa boulle de poile devait rester « à la niche ». Elle quitta donc son appartement, sac sur l’épaule, prête à passer une bonne soirée. Vivant au premier, elle descendit l’escalier et longea le mur avant d’arriver devant la porte d’entrée où devait l’attendre Gabriel. Une présence qui expliquait le sourire qui se dessinait sur son visage. Suivant le contour de la porte elle l’ouvrir en pressant un bouton qui déclencha immédiatement un clac. Puis elle ouvrit la porte et glissa quelques mots. «   bonsoir, vais-je avoir le droit de savoir où on va ? ou vas-tu simplement me guider et t’amuser de ma curiosité ? » Oh oui elle avait envie de savoir où ils allaient et ce qu’ils allaient faire ou plutôt ce qu’il allait faire.


Spoiler:
 



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Dim 14 Juil - 9:40


Junny arriva assez rapidement. Désormais il lui était difficile de cacher la satisfaction qu'elle avait d'être en couple. Elle souriait. C'était vraiment beau à voir. Gabriel adorait son sourire. Il ressemblait à une brise tiède d'été rassemblant toutes les odeurs de fleurs et d'arbres qu'elle aurait pu saisir sur son passage. Junny, quant à elle, dans toute sa personne, faisait à Gabriel un effet bien plus torrentiel que celui d'un courant d'air. Ses cheveux sombres, ses lèvres roses, son nez délicat, sa gorge fine, ses muscles fins, sa peau blanche et douce ... tout cela le faisait carrément chavirer. Il fallait garder sa concentration, mais quand une jolie robe sombre venait souligner sa taille mince et son côté sensuelle, c'était vraiment difficile.

Gabriel se pencha vers la belle posant un bisou sur sa joue, puis, essaya de s'accaparer doucement les lèvres. En réalité, il n'avait pas envie de parler là tout de suite, quand il la voyait. Il avait envie juste que le monde s'éteigne pour n'être que tous les deux, plus de boitier de vitesse pour les séparer.

Après avoir doucement écrasées ces lèvres tant désirées en guise de bonjour, il se recula, respira profondément et reposa les mains sur son volant.

-C'est une surprise Junny, déclara-t-il avec un sourire tranquille. De toute façon, nous y serons vite.


Il démarra la voiture et appuya rapidement sur l’accélérateur. Aucune envie de trainer ici, dans ce nuage de désir qui flottait dans l’habitacle. Même si la grande pièce vide dans laquelle ils allaient se retrouver n'allait pas tarder à lui tendre les sens à nouveau.

Il regardait la route, c'était bien plus simple que de regarder sa petite amie.
La circulation était dense ce qui avait le mérite d'accaparer son attention. Bien qu'il n'était jamais vraiment loin de Junny en pensée, qu'elle soit là ou pas. Il était bien conscient qu'une telle adoration aurait fait peur à n'importe qui. D'autant plus à une solitaire endurcie telle que Junny. Mais diantre, Gabriel était un artiste. Il aimait comme tel.

-Tu es sublime, déclara-t-il au bout d'un instant. Comme toujours bien entendu. Tu es une torture pour moi...

Il gara enfin la voiture devant une lourde porte qui donnait accès à Hope and destiny, grande entrepôt/librairie de livres. Jusque là, Junny ne pouvait pas deviner le réel objet de la visite. Il coupa le contact et se tourna vers la princesse en question.


-Tu es prête ?
demanda-il amusé à l'idée de l'angoisser.

Il voyait bien qu'à chaque instant, Junny fronçait légèrement les sourcils en signe de réflexion et d’inquiétude... Elle se demandait toujours ce qu'il allait inventer ou faire pour lui prouver à quel point il était cinglé et étouffant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Lun 15 Juil - 17:37


Ah les surprises, elles sont à la fois sujet à curiosité et aussi à angoisse, chez certains. Curiosité de savoir ce que l’autre a pu organiser, pourquoi il a organisé, a-t-il quelque chose à déclarer (surtout si la relation est de longue date, une de ses amies lui a fait comprendre que son ami allait la demander en mariage parce qu’il lui disait avoir préparé une superbe surprise pour le week-end, sauf que ce ne fut pas  le cas transformant un week-end dans les arbres en dispute) Junny ne s’attendait pas à une demande en mariage, ça faisait trop peu de temps qu’ils se côtoyaient à nouveau. Bien que Mr White en serait capable vu son amour pour la jeune femme, un amour qui dans ses yeux ressemble plus à de la passion.

Bien qu’il y ait eu des années sans se voir, il semblerait que Gabriel la connaisse toujours, comme s’ils avaient grandi ensemble. Un fait qui troublait, profondément, Junny qui ne trouvait pas d’explication rationnelle à cela. Une autre personne aurait parlé de magie, d’amour, de lien magique, d’amour magique (combo) mais pas elle. Entre eux deux, c’était et ça reste lui le romantique. Sans doute pour ça qu’elle n’eut pas de réponse à sa question, mais à la place un baiser, un sur la joue qui finit sur la bouche. Comme un petit jeu. S’il voulait jouer, elle était partante, ressentir du désir lui avait manqué, sentir ces petits piquotement fourmillé le long de son corps lui rappelait que son corps lui servait à quelque chose, à quelque chose d’agréable. Ainsi il n’était plus une prison, mais un moyen de plaisir. Elle aurait pu découvrir plus largement ce plaisir, mais Monsieur l’avait coupé dans son élan il y a de ça plusieurs mois, mais elle s’en souvient, quand même. Et quand il viendra vers elle pour jouer au grand jeu de la séduction elle se fera un plaisir de le faire languir, longtemps. Pour la peine !!

Une fois dans la voiture elle n’eut le droit qu’à un malheureux, c’est une surprise. Pour réponse, il eut le droit à une Moue made in Junny, la moue boudeuse d’une enfant, fronçant les sourcils. Juste quelques secondes, parce qu’elle est quand même une adulte.  Comme tout nouveau lieu dans lequel elle se trouve elle cherche à le découvrir. Pour ce faire elle laisse courir ses doigts sur la paroi de la voiture, à côté de son siège, elle remonte jusqu’au part soleil de sa place. Ça à l’air d’être une voiture d’un certain standing, les sièges en cuire et les finissions très propres (car quasi invisibles) lui font comprendre que ce n’est pas une entrée de gamme. Un fait qui s’ajoute à sa liste : Gabriel doit être riche. Les finissions de la voiture sont fines, pas comme la conduite du jeune homme. Une conduite rapide, heureusement adoucie par des mécanismes propres aux voitures de qualités.

C’est alors qu’elle jouait à quel est cette voiture que le jeune homme la gratifia d’un compliment. Elle rougit presque, parce que dans la voix douce et presque roque de Mr White se laisse entendre une pointe de désir mais surtout de la sincérité. Il eut le droit à un petit merci, juste s’échappant de ses lèvres. Ce sera les seules paroles pendant le voyage, il ne disait rien d’autre, sans doute accaparé par la route (pensait-elle) et de son côté elle ne savait pas quoi dire à part le bombarder de questions sur ce qu’il avait prévu. Mais elle se tut, sachant pertinemment qu’elle n’aurait aucune réponse valable. C’est pendant qu’elle imaginait, justement ce qui était prévu, qu’il gara la voiture. Pas beaucoup de trajet, c’est déjà un indice, ils étaient toujours en ville vu le bruit qui continuait inlassablement de lui occuper les oreilles.

Elle essaya de trouver un bruit, une odeur qui pourrait lui indiquer dans quel quartier ils étaient, mais une fois de plus elle fut couper par le jeune homme. A cette question elle ne se gêna pas pour faire de l’ironie et de tenter sa chance. « prête pour quoi ? » elle tentait quand même, bien que le mot surprisse soit sa seule réponse, mais qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ? Détachant sa ceinture elle en profita pour enlever les lunettes de soleil qui trainait sur son nez. Un geste qu’elle fit doucement, comme si elle était hésitante, tout aussi lentement elle les fourra dans son sac dans lequel, par habitude elle allait sortir sa canne. Cependant elle s’arrêta dans son mouvement, se disant que Mr White, qui se transformait un peu plus en gentleman allait sans doute la guider.

Laissant courir ses doigts sur la portière elle l’ouvrit. Elle ne sortit pas tout de suite, elle remit son sac à son épaule et ajouta presque coupable « oh je t’ai pas demander, ça te gènes si je reste sans lunettes ? » Ses yeux morts lui donnait, selon elle, un air de zombie. Ses pupilles bougeaient de temps à autre, cherchant, comme si elles fonctionnaient encore, la source d’un bruit, d’un appel. Ce reflexe, avec les années devenait de plus en plus faible, mais tout de même là. Des yeux qu’elle cache « pour ne pas déranger les autres », ces autres qui la dévisagent déjà quand elle a ce bout de plastique devant les yeux, alors sans elle se dit que les gens la dévisageraient encore plus. Car certaine, techniquement elle ne voit pas, mais elle ressent, comme ceux qui voit d’ailleurs, qu’on la fixe. Ne se disant jamais qu’elle pourrait être observée parce qu’elle est belle, attirante.



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Jeu 18 Juil - 20:28


Junny tenta d'obtenir un nouvel indice en demandant pourquoi elle était censée être prête mais Gabriel garda le silence tout sourire. Il détacha sa ceinture et sortit du véhicule qu'il contourna pour ouvrir la portière que la jeune fille avait déjà commencé à libérer.

Lorsqu'il la regarda, la surprise le laissa pendant un moment sans mot. Junny avait ôté ses lunettes, et à la lumière du jour, ses yeux émeraudes brillaient superbement. Il fut transpercé par son adoration pour elle. Une fois de plus. La nuit commençait à tomber mais dans les derniers éclats du soleil c'était magique d'admirer ce vert clair, ruisselant de lumière. Il sourit davantage et attrapa la main de sa petite amie pour l'aider à sortir de la voiture en douceur.

Ensuite de quoi, il l'attira contre lui. Puis posa ses lèvres sur son front et ensuite sur sa paupière gauche, puis très doucement sur sa paupière droite.

-Tu me rends vraiment fou, murmura-t-il en respirant son parfum délicat.

-Tu es tellement belle ... tu ne t'en rends même pas compte. Tu as les yeux ... simplement les yeux les plus beaux de la terre.


Il se mit à rire tout seul et posa rapidement ses lèvres sur celle de Junny. Il devait résister à vraiment l'embrasser à pleine bouche s'il voulait tenir bon dans ses résolutions.

-C'est idiot, j'ai trouvé mieux comme métaphore mais tu me rends juste idiot tellement tu es splendide. Je t'aime Junny.

Il ne savait pas comment la jeune femme allait prendre cette déclaration, mais à l'instant T, il s'en moquait, parce qu'il était toujours aussi exalté et étonné par le plaisir qu'il éprouvait dans cette relation. Par tout ce qui le remplissait d'extase à chaque fois qu'il approchait Junny.

Il se décolla à regret d'elle puis verrouilla la voiture d'une simple pression sur sa clef. Il garda néanmoins la main de Junny dans la sienne et l'attira doucement vers la porte.

-Suis moi s'il te plait, c'est par ici.

La main frêle entre ses doigts était délicate et chaude. Comme Junny en règle général. Il se demanda combien de fois, combien de compliments, combien de baisers, combien de regards passionnés, il faudrait à la jeune fille pour comprendre à quel point elle était resplendissante, carrément à tomber. D'un autre côté, son côté humble et si peu confiant la rendait attachante. Il pouvait très bien en profiter pour la garder pour elle. Si le monde c'était passé d'elle si longtemps il pouvait encore s'en passer pour quelques années. Peut-être même pour toujours. Il souhaitait vraiment que sa muse n'appartienne qu'à lui de toute façon.

À l'aide de sa main libre, il commença à déverrouiller la porte en bois qui fermais l'entrepôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Dim 21 Juil - 10:02


Elle avait même le droit  à l’ouverture de porte. Et ce n’était que le début. Mais elle n’y prêta pas vraiment attention, obnubilée par « son manque de demande de pouvoir enlever ses lunettes ». Comme si imposer ses yeux morts étaient une atrocité, comme s’ils étaient horrible. Junny reste Junny, l’image que Junny a de Junny reste la même et, avec de la chance et du temps, Mr White pourrait bien l’aider à calmer son manque de confiance en elle (qui a fini par faire naitre du désamour et du dégout pour elle-même). Mais apparemment la disparition de ses lunettes ne dérangeait qu’elle puisqu’elle n’eut pas de réponse et fut entrainer contre lui. Elle eut le droit à un baiser sur le front comme s’il cherchait à la rassurer. C’était sa réponse, alors, maladroitement, elle laissa tomber ses lunettes dans son sac, admirons sa contorsion du bras quelques secondes.

Secondes écoulées. Elle était bien trop occupée à se faire embrasser pour se poser des questions. Que c’est agréable. Un baiser sur la paupière, des petits piquotements dans le corps, ça faisait tellement de bien. C’était qu’un petit jeu, pas grand-chose et ça lui faisait déjà beaucoup d’effet ce qui la fit légèrement sourire. Sourire qui ne bougea pas, comme bloqué. Surprise par sa déclaration elle ne bougeait pas d’un pouce (comme le dit l’expression, ça doit être une expression anglaise ou américaine ou pas…). La suite la laissa toujours stoïque. C’était toujours aussi étrange, pour elle, d’être complimentée. Bien que ça fasse plusieurs mois qu’elle côtoyait Gabriel et donc qu’elle avait le droit à des compliments, elle ne s’en habituait toujours pas. En plus, il complimentait ses yeux, cette partie qu’elle ne supporte pas. Le sourire disparu pour une moue, étrange. Entre « je sais pas quoi répondre » et « euh… ça fait plaisir et ça me fait bizarre ».


    «    les plus beaux de la terre, c’est un peu beaucoup, tu n’as pas vu tout les yeux de la terre… »



Elle se stoppa elle-même, sentant que ce n’était pas le moment de continuer. Alléluia elle arrivait à s’arrêter toute seule. C’est là qu’il se mit à rire, surprenant mais elle ne dit mot. S’attendant à des paroles proches, elle ne voulait pas le couper. Et il en rajoutait une couche. La dernière phrase finit de la désarçonnée. Bouche légèrement entrouverte, elle ne savait pas quoi répondre. Elle a toujours trouvé étrange ce « je t’aime » parce qu’aimer ne signifie pas la même chose chez tout le monde, n’implique pas les mêmes actions/envies. Elle faillit lâcher un merci mais se souvenant de films mais surtout des séries, où le merci faisait plus de mal que de bien elle se retint. Fallait trouver autre chose, « lui demander une définition ? » pourquoi pas …

Heureusement, dans une certaine mesure, il ne lui laissa pas le temps de répondre, ce qui signifiait qu’il n’attendait pas forcement de réponse. Et donc, qu’il n’allait pas s’énerver (pour le moment) d’un manque de réponse. Et effectivement il la guidait, il avait gardé sa main dans la sienne. Elle était un peu désorientée, elle aurait préféré qu’il lui donne son bras. Il avait oublié, en partie, ce que ça faisait d’être aveugle, du moins c’est ce qu’elle en déduit. Elle ne pouvait lui en vouloir, il prenait déjà tant soin d’elle, « je vais pas me plaindre parce qu’il ne m’a pas pris le bras et que j’e suis un peu angoissée ». Elle avait presque oublié qu’elle ne savait pas où ils allaient mais surtout ce qu’ils allaient faire. Jusqu’à ce qu’il se mette à déverrouiller une porte ce qui déclencha un sourire chez la jeune femme.



    « aaaah je vais pouvoir savoir ce que c’est !!!! je suis prête, allez vas-y »



C’est qu’elle s’impatiente la jeune femme. Il allait peut être s’en amuser quelques instants mais de toute façon elle finira pas savoir ce qu’il lui réservait. Ce serait un grand plus si elle le savait dans les dix secondes qui viennent, ainsi elle pourrait être plus détendu et se concentrer complètement sur lui. Car elle n’aurait plus à monopoliser son esprit pour deviner ce qu’il a prévu.



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mer 24 Juil - 15:30

Junny semblait avoir hâte de découvrir la surprise, Gabriel acheva d'ouvrir la porte qui débouchait sur un couloir. Un accueil - fermé à cette heure - derrière une vitre s'y trouvait, puis plusieurs autres portes. Il entraina doucement la jeune fille avec lui, s'attardant à vérifier qu'elle posait les pieds là où il fallait.

C'était vrai, il n'avait pas eu l'occasion de vérifier tous les yeux du monde, mais d'après tous ceux qu'il avaient déjà eu l'occasion de contempler, jamais aucun regard, aucune couleur, ne lui avait fait autant d'effet. Et ce n'était pas uniquement l'artiste qui parlait. De plus, la plupart des prunelles se ressemblaient pour lui. Mais Junny ... c'était toute une histoire ...

Il la conduisit vers la prochaine porte, au bout du couloir, et l'ouvrit également.

-Nous y sommes, déclara-t-il.

C'était une grande salle dans laquelle sa voix eut le loisir de raisonner. Il n'y avait rien à la base, puisqu'elle était disponible pour la location. Cependant, elle était actuellement utilisée pour l'exposition privée de l'un de ses amis artistes. Un sculpteur. Il était reconnu dans sa profession comme l'un des meilleurs du siècle et seuls quelques initiés avaient le droit d'approcher ses créations de près. Gabriel avait toujours considéré ce type avec un certain respect mais n'était pas forcément proche de lui. La seule chose qu'il aimait chez lui, c'était son talent et cela suffisait pour créer une amitié, car ils partageaient tous deux la passion de l'art. Ainsi, quand il avait demandé une entrée spéciale pour sa petite amie aveugle et lui, son condisciple avait aussitôt accepté.

Gabriel passa son bras droit autour de la taille délicate de Junny et de sa main gauche saisit doucement la main droite de la jeune fille. Puis, il fit un pas l'invitant à le suivre.

-Viens.

S'étant approché de la sculpture la plus proche, il déposa les doigts fins de sa princesse sur le marbre froid et taillé en une longue romaine drapée d'une toge. Il y avait des représentations de tous styles, des plus élaborées au plus fréquents, ce qui permettrait à la jeune fille de profiter de tout ce pan de l'art qui n'était jamais accessible à ses yeux et pas non plus à ses mains.

Plaçant sa main au-dessus de celle de la jeune fille, histoire de pouvoir récupérer les frissons de sa découverte dans sa propre pomme, Gabriel sourit doucement.

-Tu peux toucher, nous avons l'autorisation de l'artiste. C'est un ami à moi. Il est très prisé alors je ne pense pas que tu seras déçue. La salle est remplie.

Il regarda Junny et résista à plonger son nez dans ses cheveux, à poser sa bouche sur sa nuque ou à fondre ses lèvres sur les siennes. Comme à chaque instant où il la regardait ... c'était une torture et en même temps un délice. Elle valait toutes les œuvres d'art du monde. Et il rêvait qu'elle lui appartienne à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mer 24 Juil - 20:00

Bien que ses yeux aient perdu leur fonction, à cet instant ils brillaient presque. Comme brillent les yeux d'un enfant - ou même d'un adulte - qui couvre du regard les paquets qu'il vient de recevoir pour son anniversaire, Noël. Impassiant de découvrir se que recouvre le papier cadeau. C'était un peu long, comme l'attente entre la distribution et la fin de celle-ci, parce que par politesse il faut attendre que tout le monde ait reçu tout ses paquets pour que tout le monde les ouvre ensemble (bien que dans certaines familles ce soit chacun son tour et autrement dans d'autres). Bref, elle était pressée, elle se tût sentant qu'ajouter autre chose ne servirait à rien. Ils marchèrent encore quelques instants, certes il avait ouvert une porte mais ce n'était pas là qu'ils s’arrêtaient. Puis il la prévint que c'était proche, derrière une porte qu'il poussa. Un grand sourire illumina son visage, la main toujours dans la sienne, elle se mit à faire de petits cercles sur le dos de la main de Monsieur. Ajouter des mots ne servaient à rien, son expression disait tout.

Ajitant ses narines, un peu comme un chien (elle s'amuse de cette comparaison) elle essayait de trouver des indices. Elle n'eut pas le temps de se préocuper de l'odeur, il la déconcentra en passant son bras sur sa taille et lui attrapa la main. Une idée germa dans son esprit, allait-il lui donner le priviléger de découvrir des scultures, de l'art ? Le contact contre une matière danse et froide confirma cette idée et sans attendre sa permission elle laissa courir ses doigts sur le marbre. Devinant, à sa manière, l'oeuvre. Elle souriait et son visage laissait transparaitre de l'émotion. Elle ne put empêcher un sursaut lorsque la main de Gabriel recouvrit la sienne. Lui, il avait des yeux et s'il voulait découvrir autrement il pouvait faire glisser ses doigts aillieurs sur la statue, ou une autre. Mais non, il recouvrit sa main, ce n'était donc pas la sculture qu'il voulait parcourir. L'envie de dire quelques mots là-dessus lui brula les lévres mais Gabriel la devance, c'était sans doute mieux ainsi. Elle souriait toujours à s'en faire mal aux zygomatiques.

"merci infiniment" ses doigts continuaient de parcourir la statue "je ne sais pas comment te remercier. Tu as peut être déjà une idée...." son sourire diminue pour donner un sourire en coin, teinté de malice.

Innocemment, comme si de rien n'était, elle se colla un peu plus à lui. Une innocence qu'elle feint aussi en ajoutant quelques mots. "tu es donc bel et bien devenu riche, félicitation." Sans doute, comme tout le monde, du moins tout ceux qui ne sont pas riche, elle avait réfléchi à ce qu'elle ferait si son compte en banque n'était pas une préoccupation. Entrer dans un magasin sans se préoccuper du prix, voyager, faire un saut en chute libre prenaient les premières places. Ah oui, il manque reprendre des études. Elle souriait toujours, un peu moins mais toujours aussi joliment.

Ses doigts parcoururent tout les centimentres de la statue, elle sentie les quelques petits défauts qui la jallonaient. Peut être invisble à l'oeil nu, elle les avait senti. Elle laissa filé une dernière fois ses doigts sur le coup de la dame avant de les laisser tomber dans l'air. Doigts qui finirent leur course sur la jambe du jeune homme et à son habitude elle fit de petits ronds avec son index. "merci, tu peux m’emmener en découvrir une autre si tu veux bien"





♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Lun 21 Oct - 10:04


Le sourire de Junny faisait parti incontestable des choses qui rendaient Gabriel heureux. En même temps, la plupart des événements ou des éléments liés au bonheur de Gabriel étaient intrinsèques à Junny. Elle était l'astre vers lequel il convergeait constamment.
Mais tandis qu'elle découvrait la statue et lui répondait, Gabriel ne savait pas comment amorcer la conversation vers ce qu'il souhaitait réellement lui dire. Il était cependant décidé à se conduire envers elle avec autant de noblesse que possible. Quitte à risquer de la perdre.

D'ailleurs, s'il y avait une personne sur terre qui méritait des égards, c'était bien Junny. Pas seulement parce qu'il était fou d'elle et qu'elle était la plus belle fille au monde... Ou peut-être bien simplement pour ça finalement...
Il prit une grande respiration en aidant Junny à s'approprier la statue suivante, il lui posa les mains doucement sur la matière fraiche et se mit à parler :

-Je ne me permettrais pas de te demander quoique ce soit en retour Junny ... parce que tout ce j'aurais en tête vaut bien plus qu'une simple exposition, déclara-t-il en souriant.

Puis il enchaina, plus sérieux, ne regardant désormais que les mains de Junny, respirant lentement :

-Mais effectivement, je suis riche. Et j'ai tout fait pour le devenir, parce que je voulais trouver moyen de changer ma vie, peut-être même de tout bouleverser. C'est pour ça que dès que ce fut possible j'ai été voir le meilleur médecin qui soit et j'ai tenté de me faire opérer. Il ne m'avait pas assuré un résultat, et néanmoins cela a dépassé mes espérances.

Il cessa de toucher les mains de la jeune fille et prit sa respiration plus profondément :

-Tu te doute maintenant de quoi je veux te parler. Tu es importante pour moi Junny. Je ne sais pas encore ce que je suis dans ta vie, je pense que j'y ai au moins un petite place, en petit ami et en ami aussi. Alors en tant qu'ami est ce que je peux te proposer d'essayer de rencontrer ce médecin ? Il ne pourra peut-être rien faire ... ou il pourra peut-être bouleverser ta vie. Je me sentirais égoïste de ne pas partager cette possibilité avec toi, de ne pas ... t'aider à essayer,  alors que moi, je peux regarder ton sublime visage tous les jours.

Il laissa son souffle s'apaiser un peu, ne résista pas à toucher la masse de cheveux si délicat de la jeune fille, de façon brève, puis laissa à nouveau retomber sa pomme dans le néant.

-Tu n'ai pas obligée de me répondre tout de suite. Tu peux y réfléchir. Je sais ce que c'est d'avoir peur ne serait-ce que d'éprouver de l'espoir pour ensuite être déçu. Avant ce médecin, j'en ai vu beaucoup qui n'ont rien pu faire. Mais j'ai besoin de te proposer ça, je pense que c'est plus juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mar 29 Oct - 20:12

    Pour la seconde fois elle découvrait une statue, après quelques instants de chaleur venant du jeune homme sa main ressentait le froid de la statue. Ses doigts dévalaient la statue, cherchant à ne pas louper un seul recoin. La statue commençait à prendre forme dans son esprit. Mais rapidement elle laissa tomber ses doigts dans le vide, perturbée par la prise de parole de son compagnon (ça fait très compagnon amoureux, mari, peut être qu’un jour il le sera, il a d’ailleurs sans dû s’imaginer dans ce rôle).

    Elle fut intriguée par ces paroles. Cherchant ce qu’il pouvait bien désirer. Sans doute pas à ce qu’elle pensait au début, sinon il serait entré dans son jeu, son sourire malicieux et le ton qu’elle avait pris lui semblait assez claire pour comprendre qu’elle lui proposait un jeu de séduction, ce qui est assez surprenant de sa part. Il se comportait de manière sérieuse, assez pour inquiéter Junny, mais qu’est-ce qu’il veut ? Elle était perdue. Jusqu’à ce qu’il lui parle de médecin, ses sourcils qui s’étaient froncés s’étaient à nouveau détendu et sa bouche se tordit légèrement dans une moue signifiant « d’accord, je vois où tu veux en venir ».

    Comme elle le prédisait il continua à parler de médecin, il cherchait à amener le sujet, faisant sans doute attention de ne pas trop la brusquer. Déviant sur son statut vis-à-vis d’elle. Ça l’arrangeait bien qu’il continue de parler, ainsi elle échappait à répondre à ce sujet (sujet qui sans doute referait apparition). Il enchaina par une question, sans lui laisser le temps de répondre. La connaissant assez bien pour contrer une réaction possible de la demoiselle (celle « et si ça marche pas »). Alors elle choisit un autre argument « c’est gentil, mais je n’ai pas les moyens de payer et je ne veux pas avoir de dettes envers toi. » Elle n’avait pas bougé. « je suppose que tu vas contrer cette argument … un sourire en coin se dessina sur son visage. « te proposer quelque chose en échange ne fonctionnera sans doute pas, parce que peux de choses auront une valeur égale et quoi que ce soit, quand ça se passera, tu te demanderas s’il y a de la sincérité. »




♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mer 6 Nov - 10:35


Gabriel avait écouté la réponse de la jeune fille, soulagé qu'elle ne se fâche ni ne se braque. Il avait craint de la perdre comme à chaque fois qu'il ouvrait la bouche ou même faisait un geste. Parce qu'elle était si précieuse pour lui et, son retour dans leur existence, si magique qu'il avait l'impression que d'un instant à l'autre, tout pourrait s'écrouler, disparaitre, s'envoler.

Et de cela il n'était pas certain de se remettre. Après tout, tout ce qu'il avait depuis ces dernières années étaient sensé le rapprocher de Junny. Chaque pas, chaque toile, chaque personne rencontrée, il avait voulu se créer un nouveau monde, un monde de richesse et un monde de couleur dans lequel il pourrait aimer à sa mesure la jeune fille, la fée, de son enfance. Désormais, il pouvait la toucher et elle lui faisait même une place dans sa vie. Il pouvait contempler son visage, sa beauté, regarder ses sourcils se froncer, ses cheveux accrocher la lumière, et parfois même, ces yeux sublimes chercher dans l'obscurité des réponses. Tout cela constituaient des cadeaux qu'il avait maintes fois imaginé, sans pour autant réaliser à quel point cela le rendait heureux. Alors oui, chaque sujet de conversation était importants pour lui.

Lorsque Junny eût finit de lui répondre, il saisit sa main et la tourna vers lui. Peu importait la statue, franchement, il aurait voulu que ça soit son corps à lui qu'elle découvre. Que ce soit ses lèvres qu'elle caresse et son visage qu'elle imagine. Et même s'ils s'embrassaient assez souvent, et que Gabriel refusait plus, en cet instant, comme souvent, il voulait tout.

-Et si c'était ton mari qui te payait cette opération ? demanda-t-il souriant et à la fois le cœur battant serrant les mains de la jeune fille dans les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mer 6 Nov - 22:12

    Elle fut étonnée de ne pas avoir de réponse immédiate, s’attendant à ce qu’il contre argumente. Au lieu de ça il lui prit la main et il l’a désarçonna avec sa déclaration. Sa première réaction fut de rire d’un rire franc, sa tête bascula vers l’arrière. Au bout de quelques secondes elle se mordilla les lèvres, dans le but de retenir les rires qui lui chatouillaient la gorge. Elle y parvint après quelques secondes. Et là il eut le droit à la deuxième réaction « résumons, tu veux pas qu’on couche, fasse l’amour, appel ça comme tu veux mais tu veux qu’on se marie ? »
    Elle le regardait avec les yeux plissés même si ceux-ci n’étaient plus en fonction. « on vit même pas ensemble. » ça me fais penser qu’il faut que je me presse de trouver un truc, un appart et oui son baille arrivait à expiration et le proprio avait décidé de vendre. Un gros problème pour elle, elle n’a pas beaucoup de moyens puisqu’elle ne parvient pas à travailler à temps plein et elle est très limitée dans le choix du métier à cause sa cécité. Elle aurait aimé aller à la fac mais elle et sa famille n’en avait pas les moyens ou du moins les fragments de famille qui lui reste.

    Elle attendait une réaction à moitié étonnée et perplexe. Ça faisait peu de temps qu’ils s’étaient retrouvés, d’accord elle l’apprécie (et plus si on est franc) mais… mais… ça fait peu de temps qu’ils se sont retrouvés. On ne se marie pas comme ça, du moins selon elle. Toujours selon elle le mariage n’est que le reflet des carcans de la société qui garde des traces indélébiles de religion. Même le mariage civil. Par ailleurs elle est horripilée par le fait qu’une femme devienne Madame en se mariant comme si elle se réalisait en se mariant, qu’elle devenait quelqu’un d’à part entière. Le summum c’est dans les églises où la femme est emmenée par son père, « pour être passée » au futur mari alors que l’homme est déjà là. On peut s’accorder sur le fait que c’est une vision assez désenchanté mais constitué tout de moins d’éléments assez pertinents. Cependant, elle s’était laissée à penser que, si un jour, la personne avec qui elle vivait tenait vraiment à se marier alors elle se marierait, à certaines conditions bien sûr.

    Se marier réglerait tout ses problèmes : elle ne serait plus seule en rentrant chez elle, elle ne dormirait plus dans un grand lit toute seule, elle aurait quelqu’un à qui parler, elle n’aurait plus de problèmes d’argent. Malgré ça, se marier ne serait pas forcement une bonne idée car Gabriel placerait beaucoup plus dans ce mariage qu’elle. Cela aurait une telle importance pour lui qu’elle pourrait culpabiliser.




♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Jeu 7 Nov - 10:19


Gabriel sourit en écoutant Junny rire. Elle avait bien sûr un rire des plus délicats. Et bien sûr, quand cela arrivait, c'était toujours bon à prendre. Même quand il s'agissait d'être l'objet de son hilarité. Même quand il s'agissait d'une réaction suivant une demande en mariage... C'est pour dire comme il trouvait délicieux de la voir s'esclaffer. Elle était toute entière plus belle dans ces circonstances.
Elle retrouva pourtant assez vite son sérieux et lui balança la pure vérité, Gabriel refusait qu'elle soit sienne sur le plan charnel et leur relation ne semblait pas suffisamment installée sur le long terme, au vue de la société actuelle, puisqu'ils ne vivaient même pas ensemble.
Gabriel était amusée par toutes ces objections. Il la regarda de ses yeux d'encre sombres, amoureux et séduisant, et sourit davantage.

-Il y a erreur sur les mots Junny, j'ai envie de te faire l'amour. Je le veux vraiment. Mais pas comme tout les autres le font. Pas comme si c'était juste une manière de mieux connaitre la personne et de voir si de ce côté là, aussi, elle nous conviendrait pour peut-être envisager quelque chose. Je trouve que c'est bien trop facile et ça serait même tricher. D'accord, ça peut paraitre vieux jeu et aujourd'hui on estime que les mœurs nous libèrent de bien des carcans stupides du passé ... mais on oubli ce qui est vraiment précieux. On oublie la confiance et l'amour désintéressé. On oublie ce qui fit un couple solide, on oublie de se vouait l'un à l'autre.

Il prit les mains de la jeune fille et en porta une à ses lèvres, il aurait aimé embrasser Junny parce qu'il l'aimait et qu'il ressentait cela dans tous les pores de sa peau. Mais il ne voulait pas la troubler, pas à ce point en tout cas, pas durant une conversation si importante. Et si dangereuse ... Car cette fois, il allait encore prendre des risques, mais il se devait de le faire, par respect pour elle et pour ses convictions personnelles et profondes.

-Junny, reprit-il en relevant les yeux vers elle, il faut que tu sache maintenant que je ne changerais jamais d'avis sur ce point. Si je couche avec toi un jour, ça sera uniquement parce que tu m'aura accordé la confiance et l'honneur d'être ton mari.

Il la regarda, elle était sublime, avec son visage fin et délicat, sa silhouette menue se découpant sur une armée de statues blanches. Aucune d'entre elles ne valaient son éclat et sa splendeur à elle et tant pis si c'était risquer de la perdre. S'il la voulait ... c'était uniquement dans la pureté et la possession et non pas dans un instant volé.

-Je sais que ça peut être difficile à comprendre. Mais j'ai besoin que tu en sois consciente. Laisse toi le temps d'y réfléchir, je ne veux pas t'oppresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Jeu 7 Nov - 20:15

    Elle ne pouvait plus voir, c’est un fait mais pour compenser ses autres sens s’étaient décuplés. Ainsi elle pouvait sentir le regard du jeune sur elle. Un regard d’attachement, ce qui lui donnait l’impression qu’il la voyait bien mieux qu’elle était, qu’il lui donnait une valeur supérieure à ce qu’elle est (selon elle). Elle eut cette impression lorsqu’elle rit, elle sentait ce regard comme lourd. Aussi lourd que le poids de la tradition. Car, il avait beau être moderne sur certains points il semblait attaché à des valeurs désormais dites traditionnelles, qui ne sont plus la norme tel que se marier avant de partager le même lit. Elle ne s’attendait pas à ça de sa part, elle avait d’abord interprété son rejet comme un rejet tout court de sa personne, transmettant une envie qui n’était que de son côté. Sauf qu’il avait prouvé par les mots et certains actes qu’il tenait à elle, sans doute plus qu’elle ne tient à lui (du moins si on compare leur dires). Et son petit discours lui donnait raison.

    Pendant qu’il s’exprimait elle faisait une moue signifiant « mouais ». Il faut admettre qu’elle ne comprenait pas pourquoi il allouait tant d’importance à leur situation lorsqu’ils passeraient à l’acte (c’est une expression d’ailleurs assez curieuse, une façon détourner d’en parler sans réellement en parler comme si dire des mots plus explicites étaient dangereux). Pourquoi il tient tant à moi ? Ah Junny et son manque de confiance en elle. Elle ne comprenait pas comment elle avait pu attirer quelqu’un comme Gabriel qui tenait tant à elle. Elle allait lui répliquer certaines choses mais elle n’en eut pas le temps car à peine eut-il finit qu’il lui attrapa la main pour la porter à ses lèvres. Elle eut du mal à comprendre où il voulait en venir avec ce geste mais elle se tut sentant bien qu’il n’avait pas fini. Il admit alors par lui-même qu’il avait un comportement désuet.
    « c’est facile de dire qu’on changera jamais d’avis. » elle ne savait pas trop quoi ajouter. « je comprend pas pourquoi le mariage a autant d’importance, on vient juste de se retrouver et tu veux déjà qu’on se marie ! tu proposes pas d’abord qu’on vive ensemble et je suppose que tu ne conçois pas que le mariage se solde par un divorce deux après alors être aussi précipité ne … ne … » une moue plus tard elle ajouta « j’ai dû mal à venir où j’en veux et je suis sure que ça t’amuses. Je suis sûre aussi que t’annoncer que je suis vierge fait naitre un petit sourire en coin sur ton visage, hein ? » elle haussa les sourcils « bah oui je te connais ». Voilà comment elle avait dévoilé une information plutôt importante sur sa vie privée sans que ça passe par un discours solannel où elle aurait dû ressentir beaucoup de gêne avant de vidr son sac.






♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Ven 8 Nov - 20:25


Lâchant la pomme de la jeune fille Gabriel, sourit. Qu'elle dise être vierge ne le surprenait pas. Il était certain que plus d'un homme avait dû tenter de s'approcher d'elle, mais maintenant qu'il connaissait Junny, il estimait qu'ils avaient du être nombreux à s'y casser les dents. Elle n'avait aucune conscience de sa propre beauté ou charme et devait prendre les gens qui lui en accordaient pour des demeurés. Le jeune homme supposait d'ailleurs qu'elle devait le trouver quelque peu dérangé sur les bords pour lui accorder un tel intérêt. D'autant plus maintenant qu'il disait vouloir vouer sa vie à la sienne.

Mais il n'y avait pas que cela, Junny avait peur des autres. Peur de leurs attentes. Peur de ce que précisément Gabriel voulait d'elle. C'est à dire à peu près tout. Or, il était évident que Junny vivait enfermée dans sa propre solitude, et cela lui faisait horreur, au point qu'elle ne supportait pas tout ce qui pouvait être définitif, et qui ressemblait de près ou de loin à une forme d'enfermement. C'était mal tombé, car depuis que Gabriel l'avait rencontré, ce qui remontait à pas mal d'années, il était fou d'elle et la voulait complètement. Il n'avait eut le droit à sa présence que deux ans à l'orphelinat, mais il s'était juré de la retrouver. Puis sa vie avait été remplie par des actes et des choix qui, au vue de sa merveilleuse situation actuelle, semblaient bénéfiques, mais en réalité ... il avait souffert atrocement de ce par quoi il était passé pour obtenir tout cela. À bien y réfléchir, et même si Junny semblait de prime abord bien trop introvertie, il se demandait s'il n'était pas plus abîmé qu'elle par la vie.
Mais une seule chose lui tenait pour passion et aujourd'hui pour amour : il aimait la beauté. Et Junny était la beauté personnifiée.

-Nous étions proches quand nous avions douze ans. Je ne t'ai pas oubliée quand tu es partie. J'ai toujours espéré te retrouver car ton visage était le plus beau que j'ai jamais touché et tu me plaisais toute entière. Je suis un artiste, mon affection pour toi peut te faire peur et j'en suis navré, mais c'est ma façon d'aimer.

Il reprit sa respiration et cessa de sourire. Même si Junny ne pouvait le voir il était évident qu'elle le sentait. Elle savait souvent quand il souriait ou quand il ne souriait pas justement ... Elle savait interpréter certains de ses soupirs ou de ses gestes, même si parfois elle se trompait.

-Alors pour moi ça fait déjà plus que les quelques mois que nous venons de passer ensemble, enchaina-t-il. Ça peut te paraitre tôt mais de plus, c'est ma vision d'une relation, je dois te prévenir de ma façon de voir les choses ... Sinon, nous n'irons nul part.

Enfin, même si la conversation partait dans tous les sens et que Gabriel aurait bien pu s'étendre sur chacun de ces sujets, il s'obligea à s'attarder sur le dernier qu'avait évoqué Junny et qui faisait référence à toute une part de sa vie dont il n'était pas fier du tout ... Et qu'il n'avait pas envie de raconter à la jeune fille. En fait, qu'il aurait aimé ne jamais avoir à aborder. Mais comme par ailleurs il voulait en faire son épouse ... c'était légitime qu'il commence à dire toute la vérité sur son passé.

-Quant au fait que tu sois vierge, bien sûr que ça peut me faire sourire, parce que j'en suis content. Ça te rend encore plus belle et désirable, ne put-il s'empêcher de dire en la regardant avec désir. Et ça me donne encore plus envie de t'épouser, même si ça n'est pas réciproque...

Son sourire, qui était né à nouveau en parlant de son amour pour elle, s'effaça lorsqu'il continua vers ce qu'il comptait évoquer :

-Et je t'envie, j'aimerais également être vierge. Parce que pour moi ça ne s'est pas fait dans de bonnes conditions. En réalité, c'était même assez horrible. Et j'en ai honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Dim 10 Nov - 18:03

    Oui elle n’avait jamais partagé son lit, elle n’avait pas fait de partie de jambes en l’air, jamais fait l’amour, jamais baiser, peu importe comme on nomme ça, elle ne l’avait jamais fait. Pourtant elle était désirable, le problème c’est que seule elle n’en avait pas conscience. Sa cécité l’avait et continue de la rendre plus critique et négative vis à vis d’elle-même. Pourtant elle aurait aimé connaître les sensations, sentir son corps frémir, sentir des baisers dans son coup, des mains dans les cheveux qui finissent par se balader sur son corps. Elle en avait envie mais son côté trop rationnel et pessimiste prenait le dessus sur ses désirs. Cependant cette situation devrait changer bientôt. pourquoi j’ai laché que j’étais vierge ? elle fronçait les sourcils pour elle-même, pourquoi ? je dois avoir un truc pas net.

    Junny est paradoxale, elle s’est établie comme des portes blindées pour éviter à l’autre de vraiment découvrir qui elle ait. Par ailleurs elle s’est emmitouflée dans un manteau de solitude qui l’éloigne des autres. Un manteau qui à la fois la protège, en limitant ses contacts et en même temps l’étouffe car la solitude lui pèse. Elle se retrouve donc entre une soiffe de liberté solitaire et d’une envie de pas être seule sans trop être entourée. Un paradoxe sur patte ! Un casse tête peut être même et Gabriel semblait prêt à s’accrocher, à l’aider, à ouvrir progressivement les portes. Sauf que là avec sa demande il allait vite. Vite parce qu’elle avait compris que le mariage avait pour lui une grande importance alors que pour elle ce n’était qu’un rite social qui ne fait que perpétuer des bouts de religion.

    Alors qu’elle se faisait un mini discours sur le mariage et toute la symbolique religieuse qu’il referme elle fut interrompu par de nouvelles paroles. Et à nouveau il parlait de sa beauté ce qui la fit froncer les sourcils. Même si elle avait dû mal à y croire elle était flattée d’une certaine manière. Elle ne chercha pas à discuter, à remettre en cause ses dires car il semblait les penser, il y semblait attaché et au vu de cet attachement en discuter lui semblait vain. Alors elle se tût, quelques secondes passèrent avant qu’il reprenne la parole. Il avait adopté une posture sérieuse.
    « si je dis oui allons nous marier, le fait que je ne porte pas autant d’importance que toi dans cet acte ne te gênera pas ? A ce moment là si se marier te ferais plaisir alors on le fait. » elle haussa les épaules comme si c’était un raisonnement logique avant d’ajouter « tu… tu veux pas la cérémonie gigantesque, hein ? tu… veux ça à la mairie ? » elle s’empêcha d’ajouter un « n’est-ce pas ? ». Mais vu comme l’attachement qu’il a au mariage et au fait de consommer après cette union, le faire dans une église (se marier, bien sûr) semblait allait avec.

    Puis, pour son plus grand déplaisir, il reparla de sa virginité ce qui déclencha une moue de sa part qui ressemblait plus à une grimace. Pour dédramatiser la situation et sans doute échapper à certaines questions elle lâcha « toute façon il parait que la première fois c’est pas folichon » le tout avec un petit sourire, ça sonnait étrangement ce genre d’expression dans sa bouche. « on a notre passé, nos erreurs » elle sentit sa gorge se serrer « nos pertes, nos envies, nos désirs et il faut faire avec. SI tu tiens tant à te marier faisons-le… » un petit sourire en coin sur le visage, elle venait de dire oui à une demande dont elle ne connaissait pas toutes les conditions et l’étendue.
    .





♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Lun 11 Nov - 19:33

Gabriel se serait attendu à tout sauf à la réponse que la jeune fille lui avait, peu à peu, apportée. Plus elle parlait, et plus il ne pouvait s'empêcher d'ouvrir de grands yeux surpris, tandis que, bien entendu, un sourire de plaisir grandissait lentement sur ses lèvres.
Junny devait l'aimer alors ... elle devait l'aimer quelque part pour accepter, après réflexion, de l'épouser tout de même. Ou bien avait-elle envie de coucher avec lui à ce point ? Après tout, il ne pouvait pas nier qu'il sentait le cœur de la jeune fille battre la chamade quand il posait les mains sur elle, que son souffle s'accélérait et que tout son corps se tendait et répondait à chacun de ses gestes ... Mais en même temps, c'était exactement ce que lui aussi éprouvait lorsqu'elle s'approchait trop de lui, et même lorsqu'elle ne faisait rien de sensuel, il la désirait constamment. Ce seul désir, immense, qu'il n'avait jamais éprouvé pour quelqu'un d'autre, lui donnait à lui aussi envie de l'épouser. Mais bien entendu, il n'y avait pas que cela. Junny était un tout vers lequel, l'enfant qu'il avait été et l'adulte d'aujourd'hui, convergeaient sans cesse et sans possible lutte.

Aussi était-logique qu'il la veuille à lui pour toujours. Il n'aurait pas supporté qu'elle se donne à moitié, se réservant la possibilité de consacrer toute sa vie à un autre. Ça aurait été comme goutter au meilleur sans être certain de pouvoir le garder, et contrairement à de nombreux artistes, Gabriel n'avait aucun plaisir dans l’éphémère.

Il la regardait cependant ébahi et interloqué. Qu'il semble gêné d'évoquer son passé ne gênait pas Junny. Ne voulait-elle donc pas savoir à quoi ... à qui elle exposait sa vie ? Elle était prête à accepter, sans même lui avoir dit qu'elle l'aimait, sans connaitre tout son passé, sans croire au mariage.

Il sourit et quand elle eût finit de parler, il la souleva dans ses bras sans réfléchir, instinctivement, passionnellement, et l'assit à quelques pas plus loin, sur un piédestal en hauteur, où reposait sûrement la plus belle statue de l'exposition. Une jeune nymphe drapée de nudité en marbre blanc qui regardait vers le ciel. C'était tout à fait dans le propos, songea-t-il mais ses gestes et ses pensées étaient vives car le désir avait encore une fois tout enflammé. Ainsi posée en hauteur sans avoir eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, la jeune fille avait le visage au même niveau que Gabriel. Celui-ci, parce qu'elle était très mince et parce qu'il était passionné, n’avait même pas senti son poids. Il attrapa son visage et l'embrassa voracement. Tandis que ses mains s'aventuraient dans la courbe gracieuse du dos de la jeune fille puis se hasardèrent en effleurement sur ses cuisses dénudées. Terminant par sucer doucement la lèvre inférieure de la jeune fille, il posa finalement ses propres lèvres sur sa joue et sur sa gorge. Les laissant, après un tel baiser, haletants l'un comme l'autre.

-J'ai besoin de savoir ... , déclara-t-il alors un peu essoufflé, si tu m'épouse de cette façon, sans avoir besoin de croire au mariage, sans même te questionner sur mon passé, ça ne serait pas juste pour ça ... pour ce genre de baiser ? Pour du désir ? Je suis peut-être le premier avec qui tu commence une relation. Alors je ne suis pas en train de t'accuser de ne pas m'aimer mais je ne voudrais pas, en quelque sorte, profiter de ton innocence en la matière.

Il posa une main tendre sur la joue chaude et rosée de la jeune fille.

-Comprend moi bien, je me sens comme porté aux nues à l'idée que tu envisage d'accepter, c'est certain. Mais j'aimerais être certain que tu fasse le tri entre désir et amour. Ou au moins, sentiments. Ne serait-ce qu'un début de sentiments, ajouta-t-il pour ne pas la brusquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mar 12 Nov - 22:12



    Une sensation la piquotait, la sensation que tout ça, dans un sens, amusé le jeune homme. Qu’il prenait un certain plaisir à vivre cette situation. Tout ça parce qu’elle n’interprétait pas bien la situation, qu’elle sentait des choses qui n’avaient pas lieu et surtout ça se bousculait dans sa tête. Une autre sensation la mettait mal à l’aise, cette sensation que pour lui c’était un jeu. Un jeu pourtant pas dans le sens négatif, mais c’était étrange. Elle qui aimait contrôlé sa vie, les situations dan lesquelles elle se trouvaient là ce n’était pas le cas. Sans vraiment savoir pourquoi elle se livrait aussi. Simplement peut être parce qu’elle n’avait pas l’habitude de parler d’elle mais surtout que ça sorte aussi facilement. L’idée que c’était la présence appaisante de Gabriel qui l’aidait à se livrer, que par un phénomène qui s’appel confiance et qui va bien avec amour le dialogue était plus facile. Pourtant ils ne s’étaient pas revus pendant des années, elle ne savait pas exactement ce qu’était sa vie actuelle (pourtant elle avait déclaré accepté ce qui avait pu lui arriver, ce qu’il avait pu faire dans une certaine limite mais c’est aussi la preuve de son attachement voir de son amour si on parlait avec les mots du jeune homme). Son côté rationnel lui disait d’être méfiante pourtant elle était parvenue à se livrer sur un sujet d’une manière rapide et sans tournicoter autour du pot (enfin pour le moment…).

    Et en plus de ça la réaction du jeune homme la surprit, il ne répondit pas par des mots mais par des gestes. Elle lâcha un pfkekoi, ça ne veut rien dire, ce n’était que l’expression de sa surprise. Voilà qu’il se mettait à la porter (comme dans le cliché du jeune marié portant sa nouvelle femme dans leur chambre). Elle était déstabilisée et la suite ne l’aida guerre. Quand il la posa elle chercha des repaires en faisant courir ses doigts sur la surface sur laquelle elle reposait, une surface froide, peut être du marbre. Oui du marbre. Elle ne comprenait toujours pas ce qu’il faisait. Et c’est là qu’il se mit à l’embrasser. A l’embrasser d’une manière passionnée, ce qui était assez ironique au vu de leur conversation qui était en cour traitant d’un désir qu’il souhaitait réfrener avant le mariage et voilà que lui se met à la titillier en l’embrassant ainsi. C’était pas juste. Pour autant elle se laissa faire parce qu’à la fois surprise et que c’était pas si désagréable que ça. Bien qu’elle préferait de loin un câlin ou encore des caresses plutôt que ce genre de baiser.  Parce qu’elle ne savait jamais quoi faire, que cette sensation de langues tournant l’une autour de l’autre lui était étrange. Et puis il se mit  à faire ce qu’elle préferait. A quoi jouait est-il ? bonne question mais elle continua de se laisser faire, car c’était agréable, cette sensation de fourmillement et de chatouille lui anquait. Oui la demoiselle est très chatouilleuse, lors de certaines caresses elle ne peut s’empêcher de se contracter. C’est seulement après avoir joué avec sa lèvre qui la laissa, en partie tranquille. Sa main restant quand même bien placé sur sa jambe, même sa cuisse.

    C’est là qu’il répondit enfin. Quand il parla de son « innocence » elle ne put s’empêcher de rire à gorge déployait à tel point que sa tête bascula vers l’arrière. « je pensais pas qu’un jour on pourrait dire que je suis innocente, j’avais la prétention de croire que j’étais réaliste voir pessimiste. » après une moue elle reprit la parole « le mariage n’aura sans doute jamais la même valeur que toi pour autant je peux comprendre la valeur que tu peux lui accorder et accepter de me marier avec ta vision du mariage. On pourrait commencer par  emménager ensemble à moins que ça aussi ça aille avec le mariage ? » elle le taquinait, mais peut être était-ce la vision qu’il avait du mariage.

    Puis il parla de sentiments « je te l’ai déjà dis, je tiens à toi au point d’être très triste si tu partais. C’est peut être ce que toi tu appels de l’amour. Tu m’as tellement manqué. Et puis l’amour est aussi composé de désir. » elle avait enroulé  ses main autour de son coup et faisait de petits vas et viens avec son pousse dans le coup du jeune homme. Il s’était amusé avec elle, c’était à son tour. En frottant son pied contre la paroit elle fit tomber sa chaussure droite. Une fois son pied dénudé, elle le fit courir le long de l’entre jambe du jeune homme , s’amusant à faire de petits vas et viens. Le tout avec un sourire en coin signifiant « tu vois moi aussi je peux jouer ».

    HJ : je relis demain



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Ven 15 Nov - 16:43


Lorsque Junny se mit à rire aux éclats, Gabriel se redressa vaguement, comme tout à coup lui aussi frappé par l'hilarité, ou simplement parce que son rire était communicatif. Il était surtout soulagé de voir que la conversation prenait une bonne tournure. Ce à quoi ... pour être honnête, il ne s'était pas tout à fait préparé. Il avait l'habitude que les choses soient compliquées avec Junny, ce qui par ailleurs ne le dérangeait pas tant que ça. Il estimait qu'autant de beauté ne pouvait pas être soumise au régime de la simplicité. Il fallait des détours dans leur amour, et le fait d'être aveugle, en avait été un pour lui et en restait toujours un pour elle, immense. C'était pourtant un détour superbe, parce que ce handicap avait éveillé chez Gabriel son talent artistique bien avant qu'il puisse voir. D'ailleurs, son goût pour la beauté était né en passant les doigts sur le visage de cette jeune fille là ... qui riait assise sur ce piédestal, au propre comme au figuré d'ailleurs, et qu'il ne pourrait désormais plus jamais quitter une seconde, pauvre d'elle...

Il l'écouta parler, rassuré, amusé par sa vision des choses et son intelligence à lui retourner ses sentiments sans les nommer tout à fait. Il était heureux. Il ne pouvait pas le nier. Chaque pore de sa peau le disait, il se sentait rempli du délice qu'il pourrait peut-être bientôt être infiniment aux côtés de celle qu'il avait choisi depuis toujours.
Après avoir élégamment parlé, prouvant au passage qu'elle maitrisait la situation aussi bien que lui, elle s'empara de la gorge du jeune homme, en caressant la peau délicatement, suffisamment pour éveiller chez lui ce même désir qu'il avait été animé chez elle. Bien que ce n'était que poursuivre ce qu'il avait commencé, car en l'embrassant et la touchant il s'était enflammé lui aussi. Pourtant il était heureux d'avoir mis ce point au clair. Bien entendu, Junny ne semblait pas être de celles qu'un effleurement fait perdre la tête, mais s'en assurer lui paraissait primordial.  De plus, il avait réussi à se dégoter un semblant de déclaration avec tout cela, ce dont il était plutôt satisfait. En tout cas pour le moment.

Lorsque la jeune fille commença à s'attaquer à sa jambe avec son pied nu, Gabriel avala rapidement sa salive, ferma les yeux sur la bourrasque de désir qui l'enflamma, et songea qu'avec elle il ne s'ennuierait pas. Il aurait bien glissé sa main plus loin sur sa cuisse pour lui faire perdre raison mais il savait parfaitement qu'en ce cas il serait prit à son propre piège. Il songea même que Junny ne s'opposerait peut-être pas à ce qu'il la déshabille ici même. Après tout, c'était lui qui refusait le sexe avant le mariage, pas elle, et le message était très clair.

Il se recula légèrement, pour s'éloigner de l'attraction sensuelle de sa ... fiancée... Et reprit son souffle.

-D'accord, d'accord ... j'ai compris.

Il se pencha et remit la chaussure de la jeune fille rapidement tout en veillant à bien immobiliser ce pied trop aguicheur.

-Tu n'es pas innocente, d'accord. Et je te prie de m'excuser pour mes mauvaises manières. Mais je suis plutôt satisfait de ce que tu as dit. Alors ça en valait la peine.

Même s'il avait désormais envie d'elle par dessus tout et qu'il souffrait de devoir se maitriser.

-Donc pour être honnête, je ne vois pas l'intérêt de se marier si on emménage d'abord ensemble. Ce serait bien trop tentant, et je tiens vraiment à ce que tu sois mon épouse pour ... disons prendre ma vengeance sur ce pied.

Il sourit en caressant du bout du doigt le dessus de l'intéressé.

-Ensuite, pour répondre enfin à ta question ... non, je n'ai pas besoin d'une cérémonie gigantesque. Tout dépend de tes goûts bien entendu, mais personnellement la mairie me satisfait parfaitement et un petit mariage également. Bien entendu, c'est selon ce que tu souhaite. Je n'irais pas jusqu'à dire que je me contenterais de Las Vegas mais ... pour être honnête, j'ai un ami qui possède un bateau dont il est le capitaine. Comme tu le sais cela le rend en capacité de célébrer des mariages. Et je trouve qu'un mariage sur un bateau peut être vraiment fascinant, mais ce n'est qu'une idée.

Il sourit et passa rapidement sa main sur la joue de Junny.

-En clair, si tu as hâte de vivre à mes côtés, tout peut être rapide. Même si tu as le temps de réfléchir à tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Ven 15 Nov - 20:21

    [size=14]
    Parler de sentiments était et est une épreuve pour Junny et cela l’a toujours été. Certains diraient que cela est sans doute dû à son histoire, au fait que la vie ne l’a pas ménagé. Peut être est-ce vrai mais ce n’est pas ça qui est le plus important, ce qui l’est s’est de comprendre les murs qu’elle s’est dressée entre elle et les autres. Comprendre pour l’apprivoiser, pour voir dans des mots qui peuvent être banaux l’expression de sentiment importants, forts. Elle n’exprimait et n’exprime pas ses sentiments, la plupart du temps, de manière franche parce qu’elle a peur que ce ne soit pas réciproque et qu’on se moque d’elle. Par ailleurs elle considère que dire avec exactitude ce que l’on ressent pour quelqu’un, quand c’est de l’attachement, c’est lui donner du pouvoir, le pouvoir de faire mal. Et puis elle a une vision des sentiments assez particulière qu’elle qualifie de réaliste mais qui est d’avantage teinté d’amertume dirons certains, de peur selon d’autre (la peur d’être abandonnée). En ne s’attachant à personne on peut être sûr de n’être déçu par personne, mais on s’attache forcement à des individus parce que l’Homme est un animal sociable qui a besoin des autres pour vivre, survivre.

    En tout cas Gabriel se mit à jouer avec les sentiments du moins avec le désir. Il « s’est amusé d’elle » c’est à ton tour de le faire. Nan mais ! Il avait fait le malin alors que c’était lui qui ne voulait pas aller plus loin avant qu’ils aient tout deux des bagues. C’est lui qui l’avait déjà repoussé (ce qui l’avait convaincu que se lancer par soi même était une forme d’erreur). Malgré ça elle ne put s’empêcher de jouer avec lui. Un sourire fier s’installa sur son visage, elle tenait « sa vengeance » ou plutôt sa revanche. Un sourire qui s’agrandit quand il s’éloigna, preuve que ça lui avait fait de l’effet. Ce fut aussi une preuve de l’attachement qu’il porte à ses principes qui paraissent pour la jeune femme assez vieillot, pour être plus poli on dira traditionnels.

    « t’y tiens vraiment à tes principes ! » C’était sorti tout seul mais reflétait une pensée bien réelle. Elle eut un sursaut quand elle sentit la main du jeune homme sur son pied, elle ne s’y attendait pas. Elle avait prévu d’enlever sa deuxième chaussure pour faire balancer ses jambes dans le vide mais il en décida autrement. Il admit alors qu’elle n’était pas innocente ce qui fit revenir un sourire sur son visage. Et la suite de ses paroles confirma que Mr a des convictions traditionnelles mais la fin de sa phrase la fit sourire. !

    Elle fit une moue qui ressembla plus à une grimace (le coin de la lèvre gauche soulevée, l’œil gauche à moitié fermé et les sourcils froncés ainsi que le nez (oui oui froncé)) quand il parla de la mairie et « d’un petit mariage également » hein ? Il identifie mariage à la marie comme n’étant pas un mariage et dans un lieu de culte se serait un mariage…., ?? et une autre grimace apparu quand il parla d’un ami qui était capitaine ce qui lui donnait le droit de marier hein ? Quand on est capitaine de bateau on peut marier les gens ? qui a eu une idée pareille, y a pas de rapport ! Elle ne réagit pas vraiment à la caresse, réfléchissant comment répondre sans être trop brusque.

    Pour cela elle commença par « quand on est capitaine d’un bateau on peut marier les gens ? Elle est où la logique ? » Il eut le droit à un froncement de sourcils. « un truc que je comprends pas bien non plus, pour toi une union à la mairie c’est pas un vrai mariage ? Parce que t’as dis que la mairie te vas avec en plus » elle lève les mains pour faire des guillemets avec ses doigts «un mariage, ça veut dire dans un lieu de culte ? En tout cas il est hors de question que je me fasse emmener par un homme vers toi, c’est sexiste comme tradition, le mariage de la manière dont il est célébré est de toute manière sexiste » un soupir, attention elle allait partir dans un discours sur son énervement vis-à-vis du mariage : tradition archaïque qui perpétue des rites sexistes. Exemple à l’Eglise, le mari est proche du prêtre tandis que la mariée est d’abord emmenée par son père pour ensuite être « donnée » à son marié. « pas un truc gigantesque qui coûte une fortune, une fortune qui pourrait être utilisé autrement et ça me rendrait malade de dépenser autant pour une journée. » elle se doutait que ce serait lui qui paierait, ça lui paraissait logique parce qu’elle n’avait pas d’argent, du moins pas assez pour fiancer un mariage tel qu’il semble se l’imaginer.

    « comme tu as pu le remarquer je suis pas très douée pour marcher en talons donc pas dix centimètres, ça se trouve je pourrais juste mettre des ballerines si la robe dessant jusqu’en bas. Pas de robe au prix extravagant, c’est juste pour une journée. »

    Le fait qu’il lui dise que ça peut être rapide l’a étonné, le mariage à l’air tellement important pour lui que ça lui parait déconnecté de cet attachement. Car elle avait soupçonné qu’au vu de son attachement pour ça il voudrait un gros mariage et un gros mariage qui en met plein les yeux, si on peut dire or ça s’organise pas comme ça un grand mariage sauf quad on est riche, c’est vrai !

    « vu l’attachement que tu portes au mariage, tu voudras une lune de miel ? je te préviens je peux pas avoir beaucoup de jours de vacances, pas assez ancienne dans mon poste, il est pas top mais j’en ai besoin » elle faillit ajouté « à moins que tu ais l’intention de m’entretenir » mais elle se retint parce qu’il aurait pu répondre oui. Certes c’était une perceptive assez sympathique de ne plus avoir à travailler pour se nourrir mais elle se voyait déjà s’ennuyer après deux mois. Par contre elle aimerait bien reprendre ses études, ce qui coûte cher, elle avait glissé quelques mots là-dessus dans une précédente rencontre. C’est son rêve mais elle ne veut pas tout devoir au jeune homme, tout du moins pour le moment….

[size]



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel L. White

avatar
❣ Messages : 154
❣ Date d'inscription : 17/05/2012
❣ Âge du perso : 23
❣ Occupation : Peintre
❣ Humeur : Méditative
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Mer 27 Nov - 10:29


Quant Junny eut finit de parler Gabriel ne put s'empêcher de rire légèrement. Puis il se reprit et soupira.

-Je suis désolé, j'ai l'impression que tu n'as absolument rien compris à ce que je viens de dire. J'ai du mal m'exprimer... Quand après avoir parlé de la mairie j'ai ajouté " et un petit mariage également ", je n'aurais pas du dire " et " car ça t'as induit en erreur. Je voulais plutôt dire et une petite cérémonie ... Pour faire simple je vais tenter de te réexpliquer, je ne souhaite pas de cérémonie religieuse, puisque je trouve la plupart des religions hypocrites. Je veux donc un mariage simple, avec juste la mairie. Et pour le reste, la fête après, quelque chose d'intime me convient.

Il regarda Junny, sourit en observant son visage parfait. Il aurait tant aimé qu'elle puisse le voir. Qu'elle puisse voir à quel point il était heureux de devenir son époux. Qu'elle puisse l'aimer aussi pour son physique. Peut-être était-ce tout simplement pour cela qu'elle n'était pas en mesure de l'aimer autant que lui l'aimait, car c'était l'impression qu'il avait. Elle ne voyait pas tout. Elle ne voyait pas ses yeux s'illuminer, se consteller d'étoiles, lorsqu'ils se posaient sur elle. Elle ne voyait pas chaque geste tendre qu'il freinait dans leur route, de peur d'être trop oppressant avec elle. Elle ne voyait pas comment l'avoir retrouvé l'avait rendu différent. Complet.

-Tu peux être étonnée que je veuille un mariage simple alors que je tiens tellement à cette institution, mais la plus grande raison de ma demande est simple : je te veux à moi et pour toujours. Pour moi qui suis croyant, il n'y a que les liens du mariage qui peuvent sceller ce que je ressens pour toi.

Il posa une main sur la joue de la jeune fille, dans une très légère caresse, ne résistant plus à la douceur de son visage.

-Si je t'ai parlé de mon ami capitaine c'est juste pour faire une suggestion. Un mariage intime sur un bateau pourrait être très romantique, c'est une idée... Enfin, pour ce qui est de ton travail ... je suis désolé mais j'osais espérer que nous aurions droit à plus que quelques jours de vacances après notre mariage. Je ne veux rien t'imposer, et si tu souhaite garder ce travail tu peux, mais avec mes moyens aujourd'hui nous pouvons vivre dans l’insouciance. Si tu le souhaitais nous pourrions voyager, entreprendre toutes les choses que tu souhaite faire, partager nos passions. C'est à toi de me dire quel genre de vie tu souhaite. Mais prend garde de bien réfléchir à ce que tu aime et pas à ce que tu crois devoir faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junny E. Forest

avatar
❣ Messages : 331
❣ Date d'inscription : 10/08/2012
❣ Âge du perso : 22 ans
❣ Occupation : secrétaire médicale, grande amatrice de musique
❣ Humeur : désarçonnée avec de l'angoisse.
MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥) Lun 2 Déc - 17:32

Clairement les réactions de Junny l’amusait et ça elle ne savait pas comment le prendre. En même temps devrait-elle s’en étonner ? Après tout elle a, d’une certaine manière, des points de vue atypiques et un mode de réflexion qui l’est tout autant, on lui a déjà fait la remarque. Confirmant cette sensation qu’elle est différente, cette fois non plus seulement parce qu’elle est aveugle mais parce qu’elle pense différemment, interagit différemment. Et pour le moment elle n’a rencontré personne « de la même espèce ». Ce qui à la fois pouvait être déstabilisant, puisqu’on n’a personne avec qui partager ces points de vue et à la fois flatteur puisqu’on propose un mode de réflexion qui sort du lot, qui dépasse les opinions de masse. Vu son manque de confiance en elle, bien évidemment elle ne pensait pas à la deuxième possibilité, ce cantonnant à la première puisque c’est celle à laquelle elle est confrontée au quotidien. Pour autant ça ne la rend pas malade, elle se dit qu’elle n’a pas encore rencontré les bonnes personnes, celles avec qui interagir de manière pertinente et intellectuelle. Pour autant, il ne faudrait pas interagir qu’avec des personnes qui lui ressemble, ce serait dommage car il n’y aurait aucune différence et il est important d’écouter les opinions divergentes, d’apprendre que des gens pensent autrement et accepter cela sans pour autant arrêter le débat. Gabriel pensait différemment bien que sur certains points ils se rejoignent, des points pas forcement clairement définis pour le moment mais qui sont biens là. D’une certaine manière ils ont tout deux envie d’avoir quelqu’un auprès de qui se coucher le soir.

Cependant pour le jeune homme pour se faire il faut d’abord faire un passage à la mairie alors que pour la jeune femme ce passage n’a pas vraiment de pertinence au vues de ses habitudes, de ses croyances (au sens larges, au sens de convictions) et des mœurs les plus rependues (bien qu’une partie de la population reste conservatrice elle n’est pas dominante).

Qu’importe ces normes finalement puisque Gabriel n’en veut pas. Il veut vivre selon ses règles ce qui n’est pas forcement mal. Là où ça pourrait devenir gênant c’est à partir du moment où il est impose. Et d’une certaine manière il impose le mariage à Junny. Pour cette fois ça ne la dérange pas vraiment puisqu’elle n’accorde pas une grande importance à l’acte de se marier. Pour autant elle réagissait, discutait. Elle eut d’ailleurs rapidement une réponse. Et apparemment elle n’avait rien compris ce qui déclencha l’apparition d’une moue sur son visage. Elle acquiesça pour la première partie, soulagée de ne pas avoir à envisager à être concertée dans une robe coutant des mois de salaires voir des années. Elle soupira de soulagement quand il lui annonça qu’il ne souhaitait pas un passage à l’Eglise. S’il avait réclamé ça il y aurait par contre eu là plus de discutions et de « rouspettage de sa part ». Pourtant, bien qu’il ne désir pas de passage dans un lieu sacré, il veut le mariage alors qu’à la base c’est une institution religieuse qui n’a été que récupéré par l’état pour unir les gens. Et enfin il déclara qu’une fête intime lui suffirait, ça aussi c’était une bonne chose, elle ne voulait pas non plus débourser des milliers pour une seule soirée (même si techniquement ce n’aurait pas été elle qui aurait sorti l’argent).

Elle était rassurée et ça se voyait sur visage. Et voilà qu’il remettait cette histoire de toujours sur le tapis. Son côté sarcastique et réaliste voulait lui rappeler qu’un mariage sur deux en villes se solde par un divorce. Mais, elle se retint, parce 1) c’aurait pu vexer le jeune homme 2) il se serait lancé dans un discours, peut être, sur ses sentiments et elle se serait senti encore plus mal à l’aise 3) parce qu’elle ne voulait pas lui faire de mal. La raison trois est en fait en position deux. Pour se retenir elle se pinça les lèvres et chercha autre chose à répondre. Il posa par la suite sa main sur sa joue ce qui la surprit, ça s’exprima par un léger sursaut de sa part.

Elle restait réaliste, un peu trop sans doute au goût du jeune homme. Mais la vie l’avait obligé à être réaliste de part son histoire, son manque de moyens en tout genre. Elle faisait l’innocente par moment pour ne pas passer pour une femme vénale, mais la perceptive d’arrêter son travail pourri pour reprendre ses études, trouver un autre travail ou encore se faire entretenir était un doux rêve. Elle s’imaginait se balader dans le monde, apprendre comme elle le veut, choisir une université proposant des études intéressantes, pouvoir arrêter de compter les moindres dollars, ça la rendait rêveuse et ça se voyait sur son visage. « Ah voyager, vivre…. Je quitte mon boulot de merde. Merci. » Elle chercha la veste du jeune homme mais se heurta d’abord au vide avant de trouver le col de sa veste et avec un petit sourire sincère elle ajouta un nouveau merci, moins frivole, beaucoup plus sérieux. « merci pour tout ce que tu fais. Je sais que je suis pas simple à vivre » elle se retint d’ajouter « même si théoriquement on en vit pas ensemble ». C’est qu’elle progresse !
[/list]

hj : désolée pour le début longuet, c'est sorti tout seul...



♀Junny Elisabeth Forest

« Out in the garden where we planted the seeds There is a tree as old as me Branches were sewn by the color of green Ground had arose and passed it's knees By the cracks of the skin I climbed to the top I climbed the tree to see the world When the gusts came around to blow me down I held on as tightly as you held onto me I held on as tightly as you held onto me....Cause, I built a home ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥)

Revenir en haut Aller en bas

Regarde-moi, juste un instant (Pv Junny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Je matte pas son cul ! Je regarde juste la marque de son jean. █ ALEKSEY
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco ; Don't Dream It, Be It ::  :: The City :: Hope and Destiny-